18,29 €

Découvrir aussi

Barry Flanagan

Estampes

Sous la direction d'Emmanuel Pernoud et Caroline Joubert

Né à Prestatyn au pays de Galles, Barry Flanagan est l’un des représentants majeurs de la nouvelle sculpture anglaise. S’étant d’abord fait connaître par son emploi des matériaux mous et "pauvres" (toiles, sable, cordes), il se tourne dans les années soixante-dix vers la pierre et le bronze, matériaux dans lesquels il sculpte ou moule une imagerie très personnelle, volontiers humoristique et irrévérencieuse à l’égard de la statuaire héroïque. Membre de la Société zoologique de Londres, Flanagan a constitué un bestiaire sculpté où le lièvre occupe une place de choix, au côté du singe, du cheval et de l’éléphant.
Choisie pour représenter la Grande-Bretagne à la biennale de Venise de 1982, présentée dans les grands musées du monde, la sculpture de Flanagan a fait l’objet de deux rétrospectives en France, la première au musée national d’Art moderne en 1983, la seconde au musée des Beaux-Arts de Nantes en 1994.
La gravure de Flanagan est d’abord un art d’observation. Parmi les nombreux portraits qu’il exécute en 1972, on retrouve des artistes, des critiques d’art, des poètes, des musiciens de jazz qui, célèbres ou inconnus, ont en commun d’être proches de l’artiste, d’appartenir au cercle des familiers. Il les croque sur le vif, comme on prend des notes. Les gravures en retirent une rare fraîcheur : elles sont tracées d’un seul trait, sans reprises.
Au cours de ses voyages, Flanagan a confié ses impressions au cuivre ou au linoléum. On retrouvera dans ses paysages gravés les régions qui lui sont chères : Écosse, Irlande, pays de Galles. Lieux peuplés de noms celtiques qui donnent leurs titres aux gravures : Llandudno, Loch Tarff, Killary Bay. Souvent tirées en couleur – "dans le ton de la distillation écossaise" commente Flanagan –, ces planches nous révèlent un coloriste ardent.
L’humour n’est jamais loin. Il peut prendre la forme d’un rébus, d’un calembour visuel où Flanagan évoque, sur un mode caustique, la condition de l’artiste dans notre société. Qu’on ne s’étonne pas de rencontrer la figure de W.C. Fields ou celle d’Alfred Jarry, au détour de ces images : Flanagan partage avec eux la conviction que l’art et l’humour font bon ménage. "Si on rit en voyant mes œuvres", déclare l’artiste, "je m’estime flatté et même comblé."       
Cet ouvrage a été publié à l’occasion de l’exposition « Barry Flanagan. Estampes », présentée par la Bibliothèque nationale de France sur le site Richelieu, Galerie du passage Colbert, du 7 mars au 18 mai 1996 et au Musée des Beaux-arts de Caen, du 1er juin au 5 août 1996.

Informations pratiques

Description
Broché, 64 p., illustrations en noir et en couleur, 26 x 22 cm
Date de parution
Mars 1996
ISBN/EAN
2-7177-1965-2 /
9782717719659,
2-901296-06-8 /
9782901296065
Editeurs
  • Bibliothèque nationale de France
  • Musée des Beaux-Arts de Caen
Distributeur
Disponibilité
Disponible