Michael Kenna

Rétrospective

Sous la direction d’Anne Biroleau

Bilingue français-anglais - Traduction en anglais par Isabel Ollivier

Né en 1953 à Widnes, dans le Nord-Ouest de l’Angleterre, Kenna est d’abord un voyageur. Loin des phénomènes de mode et du dogmatisme esthétique, il bâtit une œuvre consacrée au paysage, photographié en noir et blanc, enclos dans le format de la miniature. La présence humaine s’y inscrit en creux, d’une manière étrange, fantomatique.
Le "pays noir" issu du XIXe siècle industriel, les centrales nucléaires au profil sculptural voisinent avec les brumes mystérieuses de la campagne anglaise. Sous son objectif, les jardins formels du XVIIIe siècle français ou russe nous rappellent que le paysage, fragment de nature, est avant tout une construction culturelle. Les rivages, l’océan, les îles, lui inspirent des marines où le pittoresque s’efface devant la puissance : Kenna restitue à l’Île de Pâques ou au Mont- Saint-Michel l’enchantement et la charge magique des lieux sacrés qu’ils furent, à l’origine. "La présence humaine n’est visible dans les photographies de Kenna que par ses traces et ses réalisations matérielles : structures architectoniques, immeubles, ponts, statuaire, dispositifs et agencements artificiels des végétaux et des météores. […] Chez Kenna, l’habitation du monde ne se réduit pas à la présence active de l’homme bâtisseur, à ses déplacements dans l’espace, à sa relation avec la nature ou aux traces qu’il y imprime. L’habitation du monde engage l’homme esthétiquement. […] Dans les peintures de Caspar David Friedrich, un personnage vu de dos occulte le paysage qu’il contemple. On ne voit personne dans les photographies de Kenna : c’est le regardeur qui les habite" (Anne Biroleau).
La rétrospective en 210 photographies que lui consacre la Bibliothèque nationale de France, présentant l’œuvre de ce photographe anglais mondialement célèbre, permet de mesurer l’évolution de son style, la liberté de son approche du paysage et le raffinement de ses tirages. Ses œuvres récentes tendent à l’épure, et les paysages du Japon substituent le graphique au figuratif. Ses derniers travaux, consacrés à la Chine et à l’Égypte, sont exposés pour la première fois.

Cet ouvrage est publié à l’occasion de l’exposition « Michael Kenna. Rétrospective », présentée par la Bibliothèque nationale de France sur le site Richelieu, dans la Galerie de photographie, du 13 octobre 2009 au 24 janvier 2010.

Auteurs

Anne Biroleau est conservateur général au département des Estampes et de la Photographie de la BnF, où elle est chargée de la photographie du XXe siècle. Elle a été commissaire associé et a participé à de nombreux catalogues d’expositions dont « 70’s. Le choc de la photographie américaine » (BnF, 2008).

Informations pratiques

Description
Relié, 231 p., illustrations en noir et blanc, 31 x 25 cm
Date de parution
Novembre 2009
ISBN/EAN
978-2-7177-2437-0 /
9782717724370
Editeurs
  • Bibliothèque nationale de France
Distributeur
Volumen
Disponibilité
Manquant

En ligne

Exposition virtuelle